Archives pour la catégorie Non classé

Les TCA – Mon expérience

Bonjour mes lucioles,

Aujourd’hui je vous retrouve avec un article un peu dur. En effet je vais vous parler de Troubles du Comportement Alimentaire.

 

Récemment, j’ai regardé la vidéo de Léa Choue (vous pouvez trouver le lien —> Ici) à ce sujet. Alors que depuis des années je n’ose pas en parler, elle m’a permis de libérer la parole à ce sujet et d’enfin mettre des mots sur ce que je vis depuis plusieurs années… J’ai également inclus dans cet article un texte que j’avais écrit à ce sujet il y a un moment… Ainsi que deux images qui peuvent aider à comprendre ce processus…

 

Voici mon histoire…

 

 

Enfant j’étais loin d’être complexée par mon corps. Je ne me suis jamais posée de questions à ce sujet, jusqu’en seconde. Cette année-là je me suis mise en couple pour la première fois. Mon partenaire est quelqu’un d’extra, et il ne m’a mis aucune pression par rapport à mon physique.

 

Puis au bout de 5 mois de relation, je suis partie en Allemagne en échange pour 5 mois. Là bas, j’ai passé mon premier mois à manger 5 fois par jour, sans faire de sport ; j’ai pris 3 kilos (de 55 à 58kg). Alors je me suis motivée pour les reperdre. J’ai commencé avec l’application Freeletics en version gratuite. Je voulais vraiment perdre ces kilos et arriver à faire des pompes (pour que mon copain arrête de me charrier). Puis je suis revenue à 55kg, je mangeais moins, je sautais souvent le repas de midi et je mangeais très peu le soir. Je me suis mise à faire du sport intensif tous les jours, juste après le repas de midi, ou à jeun le matin le weekend. J’ai continué à perdre, encore et encore, jusqu’à atteindre au plus bas 48kg.

 

Honnêtement, je n’ai jamais été aussi bien dans ma tête que pendant cette période-là… J’avais le plein contrôle sur ma vie, sur mon corps et mon esprit. Je faisais 500 abdos par jour. Je pouvais décider quand je voulais de ne pas manger et il n’y avait aucun problème. C’était grisant, j’étais la reine du monde.

Sauf qu’évidemment ce n’était pas bon pour moi. En cinq mois d’échange, je n’ai eu mes règles que deux fois. J’en ai parlé innocemment à ma mère au téléphone et elle m’a forcée à remanger. J’ai réduit les abdos et j’ai remangé un peu. Puis je suis rentrée chez moi, et entre mes vacances chez ma grand-mère et le self à l’internat, j’ai tout repris… Jamais je n’ai réussi à reperdre ne serait-ce qu’un peu. Je ne pouvais faire du sport qu’une fois par semaine. Je me suis mise à manger n’importe quoi, super mal, peu de légumes, beaucoup de gras et de sucre. C’était irrésistible. Je mangeais des quantités astronomiques et passais des heures à me torturer de culpabilité.

 

Depuis, ça fait 3 ans que je remange et que j’oscille en permanence entre grosses crises d’anorexie et de boulimie, manger trois fois les quantités normales puis me punir en jeûnant pendant plusieurs jours… Je suis vraiment complexée par tous ces kilos que j’ai repris (en réalité 3 ou 4kg, mais ça me semble énorme).

Quand j’étais au lycée, je gérais encore, mais maintenant que je suis seule à des lieues de ma famille… Je suis en pleine remise en question de ma vie et c’est de plus en plus dur de ne pas craquer… une chose qui m’a aidée c’est de devoir faire les courses et cuisiner. Je peux choisir ce que je mange et si je ne vais pas faire les courses à jeun, je choisis ce que j’achète. Ça m’a permis de manger beaucoup plus de légumes et moins de biscuits.

 

Je crois que la seule chose qui m’a sauvée, c’est que j’ai un faible réflexe vomitif : je n’ai jamais réussi à me faire vomir, malgré les nombreuses tentatives et les techniques variées que j’ai testées…

 

téléchargé

—————————————————————

Manger… Manger pour oublier, manger pour combler ce vide en moi, ce puit sans fond qui grossit de jour en jour… Manger pour se réconforter… Manger pour se sentir moins seul… Manger sans savoir pourquoi… Attendre frénétiquement à la caisse de pouvoir ouvrir ce paquet de chips, de madeleines, de pains au lait ; ce paquet qui me brûle les doigts tant le besoin est puissant. Ouvrir un colis et avaler la boîte de chocolats en cinq minutes, sans même avoir une idée du goût qu’ils pouvaient bien avoir… manger cinq portions de pâtes en un repas, la moitié d’un paquet de fromage et 3 tranches de jambon…

Puis se réveiller, comme après une transe… Des papiers colorés partout, froissés, chiffonnés, jetés n’importe comment sur le sol. La boule au ventre, l’estomac au supplice, une nausée qui augmente sans cesse… Sentir son corps grossir, gonfler en temps réel. À l’étroit dans sa chair et sa tête…La culpabilité insurmontable. Le dégoût de soi. La haine, la violence. À se taper la tête contre les murs, à se griffer jusqu’au sang. Ranger… ranger pour ne plus voir les preuves. Les preuves qu’on a encore perdu le contrôle. Les preuves de notre faiblesse. De notre médiocrité.

S’’enfermer dans la salle de bain. Attraper une brosse à dent et se pencher au-dessus de la cuvette. Se l’enfoncer dans la gorge, encore et encore, jusqu’à avoir les larmes aux yeux. Attendre cette expulsion qui ne vient pas. Glisser épuisée sur le sol, les sanglots secouant mes épaules…

—————————————————————

 

anorexie_boulimie

Tout ça pour vous dire qu’il faut être vraiment vigilant, parler avec votre famille quand ça ne va pas. L’anorexie, c’est vicieux et ça peut toucher tout le monde, même les personnes les plus averties, même si vous pensez ne jamais y plonger. La boulimie, ce n’est pas uniquement des filles grosses qui mangent beaucoup. Souvent ça ne se voit pas. Soyez également vigilants avec votre entourage, ne laissez personne seul(e) face à ses problèmes…

Je vous remercie de m’avoir lue jusqu’ici… Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire, j’y répondrais du mieux que je peux… Si vous êtes dans mon cas ou pire, ou qu’un de vos proches est atteint, et que vous souhaitez en parler, n’hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact… 🙂 ❤

 

Je vous conseille aussi de lire l’article d’où j’ai tiré la photo de couverture —> Ici

Bonne fin de journée mes lucioles,

Bises

-SJB

Publicités

A la découverte de l’Irlande

Bonjour bonsoir mes petites lucioles !

Aujourd’hui je reviens après une looongue absence (le bac, tout ça…) pour vous raconter mon voyage en Irlande (avec mon papa).

Nous y sommes restés une semaine, en campant là où nous nous trouvions au moment de dormir.
En atterrissant à Dublin vers minuit nous étions crevés, aussi nous avons eu du mal à trouver l’hôtel.

Le lendemain, nous avons loué une voiture et sommes partis en direction du Donegal. Il s’agit de la région au Nord-Ouest de l’île. 2017-07-17 14.01.43

La conduite à gauche nous a beaucoup perturbés (même moi qui ne conduis pas) et nous a causé de belles frayeurs, notamment aux premiers ronds points. J’ai également été très surprise par les petites routes de campagne limitées à 80km/h… ça doit être faisable quand on connaît la route, mais la visibilité est assez mauvaise donc ça reste dangereux !
Nous avons donc suivi la Wild Atlantic Way – une route de 2 500 km qui longe toute la côte Ouest. Elle passe par de petites routes, traverse de petits villages accrochés aux montagnes, nous fait découvrir des plages magnifiques, de petits coins de paradis. Quasiment toutes les maisons que nous avons vues étaient vraiment belles… je n’arrêtais pas de m’écrier : « c’est là que je veux vivre plus tard ! ». 😊

20170703_153721

 

Nous sommes ainsi montés jusqu’au point le plus au Nord de l’île – Malin Head. C’était absolument magnifique, il y avait un petit sentier qui serpentait au bord des falaises et menait au bout du bout du monde (enfin… de l’Irlande surtout ).

20170704_171211

Comme on campait, on a vécu quelques mésaventures… Par exemple, un soir, il y a eu une grosse averse, qui a duré toute la nuit, et nous a réveillés à 7h car l’eau commençait à rentrer dans la tente. Comme il continuait à pleuvoir, nous avons dû mettre la tente à sécher au sèche-linge du camping… Quelle joie ensuite quand il a fallu la démêler ! 😂

Il y a eu beaucoup de vent, mais les paysages étaient tellement splendides que le froid se faisait vite oublier !

 

Le 4e jour, nous sommes partis en direction de Belfast, pour faire nos touristes et visiter Castle Ward, un château plus connu sous le nom de Winterfell dans la série Game of Thrones. En arrivant à Belfast, j’ai trouvé impressionnant le nombre d’églises (de toutes confessions) au mètre carré ! Elles étaient toutes absolument magnifiques !

Nous avons été bien embêtés par la suite car nous avions oublié qu’en Irlande du Nord, tout se paie…en livres (£). C’est seulement après une longue recherche (de magasins qui acceptaient les euros) que nous avons pu faire des courses. Ensuite, il s’est avéré qu’il était trop tard pour visiter le château. Ainsi nous nous sommes retrouvés au Tullymore Forest Park – un parc immense (qui comprend une forêt et une montagne), dans lequel de nombreux sentiers sont disponibles, pour des randonnées sympas (pour tous les niveaux) dans un joli cadre. Nous avons campé sur place et randonné le lendemain.

20170706_113237

Ensuite, nous avons embrayé sur l’autre région incontournable d’Irlande : le Connemara ! Le camping était situé à côté d’un village minuscule (Cong, près de Galway) et adorable. Nous avons pas mal marché ce soir-là, mais fait demi-tour en urgence car la petite pluie fine commençait à ne plus être fine du tout ! 😂

Le 6e jour, nous avons rejoint le Connemara. J’ai vraiment l’impression que l’on s’enfonçait au milieu de nulle part, il n’y avait rien à part quelques maisons éparses et des moutons (assez semblable au Donegal en fait), et une station service tous les 50km (J’exagère mais à peine 😂).

20170704_113539

La randonnée dans le Parc National était juste fantastique.  Une fois arrivés au sommet, (après moult efforts) :  déjà on était contents d’être enfin en haut, et puis la vue était tout simplement époustouflante !

20170707_124844

 

 Par la suite, nous avons de nouveau suivi un morceau de la Wild Atlantic Way, et découvert une petite plage adorable. Il y avait un magnifique soleil, aussi nous nous sommes endormis sur un rocher au bord de l’eau. Le réveil a été assez brutal, car la marée était montée, et nous avons dû nous déshabiller pour rejoindre le bord. C’était très drôle à vivre ! 😉

20170707_154008

Le lendemain, nous avons rejoint Dublin (eh oui, le dernier jour, déjà… 😢), galéré à nettoyer la voiture pour la rendre et à finir toute la nourriture qu’il nous restait, comme on ne pouvait pas l’emmener dans l’avion. Nous en avons profité pour acheter quelques souvenirs à ramener à la famille. J’ai assez mal vécu le retour en ville, après des jours de calme, de nature et de solitude…

Le retour en avion était parfait : les rayons du soleil jouaient au milieu des nuages…

20170708_191759

Voilà voilà… J’espère que cet article vous a plu. Si vous en avez l’occasion, je vous conseille vraiment de visiter l’Irlande. Les gens sont super accueillants et il y a tellement de choses à découvrir !

Plein de bisous mes petites lucioles ! (Je vous retrouve bientôt avec un nouvel article !)

 

Bises                                                                                                                                            -SJB

 

Compétition sportive et amoureuse  –  12-13 Octobre 2016

Au début je me trouvais à l’internat avec Camilia. Nous dormions tranquillement… Au réveil, Camilia me révéla que j’avais prononcé son nom une dizaine de fois durant mon sommeil… Je lui expliquai  que c’était normal car j’avais rêvé d’elle…

Ensuite nous sommes sorties, mon copain Elias et mon frère Mika étaient là… Nous descendîmes une immense pente herbeuse sur une sorte de bateau gonflable volant. Mais comme nous étions lourds, il restait assez près du sol. En arrivant en bas nous tombâmes tous la tête la première. Heureusement, je remarquai que le matelas commençait à s’envoler tout seul, aussi je sautai dessus pour qu’il reste. Puis nous dûmes remonter à pieds (je tenais le matelas serré contre moi). 

Mika râla parce qu’il ne voulait pas marcher et voulait utiliser le bateau. Je lui expliquai patiemment que nous ne pouvions pas nous en servir parce qu’il ne s’envolait qu’en colonne, donc nous allions rester sur place. De plus, le vent soufflait très fort et cela pouvait devenir dangereux…

Nous arrivâmes en haut, chez ma grand-mère. Je devais me préparer pour une compétition de quelque chose d’étrange. Nous devions nous asseoir l’un en face de l’autre, l’un avec ses jambes autour de moi et les miennes par dessus les siennes. En gardant les jambes surélevées du sol, il fallait toucher de chaque côté de nous sans les faire retomber. Je galérais à mort, je n’ai réussi à toucher qu’une seule fois, à droite. Et le type avait qui je devais le faire était hyper doué et se moquait de moi de maniere éhontée. Elias était en haut dans les gradins, il riait largement de moi aussi, aux moments où il me regardait… car il en profitait aussi pour mater les autres nanas,  qui s’en sortaient évidemment beaucoup mieux que moi et de manière plus sexy et gracieuse… (en tout cas c’est l’impression que j’avais…)

J’en étais malade de jalousie. Quand je vis qu’il n’y avait pas une once de jalousie ou même d’envie par rapport à mon adversaire quand il me regardait… Mon ego déjà bien meurtri (je me faisais massacrer…) en prît un coup et je pétai les plombs…

Elias ne vint pas me soutenir à la sortie des vestiaires (tout le monde se moquait de moi) mais il « m’attendait » à la sortie du gymnase, c’est-à-dire qu’il était en pleine conversation avec une des participantes… (en soi ça n’avait rien de terrible, mais je n’étais plus moi même et ça en a rajouté une couche…).
Je fis un énorme effort pour ne pas faire de scandale et je continuai à marcher droit devant moi, en attendant qu’il me rattrape.
Puis je lui dis que j’avais besoin de faire une pause, je lui en expliquai évidemment les raisons mais il ne comprenait pas… J’en ai conclu que c’était moi qui avait un problème et qu’il fallait que je m’éloigne un peu de lui pour reprendre mes esprits et me soigner…

J’emménageai dans la chambre de l’équipe adverse, pour changer d’air… (oui je suis très logique…)
Il avait encore deux jours à passer chez ma grand mère avec moi (elle avait ouvert une sorte d’internat pour les équipes, mais on avait notre propre chambre tous les deux), mais je ne le vis pas une seule fois durant ces deux jours. Puis le matin de son départ je voulus réessayer le sport de la compétition avec le même type de l’équipe adverse. On devait annoncer le nombre de touchers minimum qu’on ferait et je répondis 1 pour moi, sachant que je n’étais pas capable de faire plus. Ils rétorquèrent que ce n’était pas assez, donc je pris sur moi et annonçai 10 mais ce n’était toujours pas assez, et le gars ne voulait pas jouer avec quelqu’un d’aussi faible. Aussi je récupérai toutes mes affaires et rejoignis le salon de ma grand mère.
Je réfléchis et compris enfin que j’aimais Elias plus que tout et que jamais je ne pourrais rester séparée de lui plus longtemps… j’espérais que il finirait par me pardonner d’avoir joué au yoyo.
C’est alors que j’entendis une voiture démarrer et je me souvins brusquement que il partait ce jour-là. Je courus à toutes jambes pour le rattraper mais quand j’arruvau,  la voiture de mon père était déjà partie… il le ramenait chez lui… J’étais tellement mal que je m’évanouis dans la rue…

Coup de coeur – Etienne Venier

Bonjour mes petites lucioles !

Aujourd’hui je vous parle d’un autre de mes coups de coeur, en musique cette fois 😉

Il s’agit d’un pianiste, Etienne Venier. Cela fait quelques années que je l’ai découvert et je ne peux que l’encourager à continuer.

Il touche à tout : classique, folk, reprises en tout genre (animes, films, artistes…) et ajoute à chaque vidéo un grain de joie et de folie ! Il invente toujours de nouvelles façons de nous faire rire en jouant et c’est un plaisir de l’écouter ; car évidemment il est absolument talentueux ! Ses artistes favoris sont Yann Tiersen et Infected Mushroom.

Je vous conseille d’aller voir sa chaîne YouTube :

https://youtube.com/user/etiennevenier

Il est également présent sur d’autres réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) et possède un site internet :

http://etiennevenier.com

En effet, il n’est pas seulement pianiste pour des vidéos YouTube, mais aussi concertiste et professeur… Bref il a des activités très variées, même dans le domaine instrumental car il joue également de la flûte irlandaise, guitare, batterie… (pas au niveau professionnel certes, mais il a un bon niveau quand même…).
Vous l’avez compris, j’adore ce pianiste et j’espère convaincre certains d’entre vous d’aller voir son travail 😊
Plein de bisous à tous et à bientôt pour de nouveaux articles !

Bises

– SJB 

Coup de coeur – Mermaiah

Bonjour mes lucioles !

Je reviens aujourd’hui pour vous parler d’une créatrice que j’aime beaucoup et que je souhaite vous faire découvrir… il s’agit d’une personne (Mermaiah) qui réalise de petits objets en pâte fimo et des marques pages… Je les trouve très jolis et mignons, de plus en plus réussi…

En voici quelques exemples :

Elle est très gentille, et à l’écoute de chacun. Elle répond plutôt rapidement aux messages, donc si vous êtes intéressés ou si vous avez des questions… N’hésitez pas !😊

Elle réalise également des cosplays, et écrit beaucoup 😉

 Je vous conseille d’aller voir son compte instagram https://www.instagram.com/mermaiah/

Ainsi que sa petite boutique ICI

Voilà voilà… je reviens bientôt avec de nouveaux articles…

En attendant, je vous souhaite une bonne journée ! Bonnes vacances /bonne reprise à tous !

Bises

-SJB 

Critical Mass

Bonsoir mes petites lucioles !

Hier soir, a eu lieu un événement spécial que je voulais partager avec vous ! Il s’agit de la Critical.

🚵 Quezaco ?  《La Critical Mass a vu le jour à San Francisco le 25 septembre 1992 et le concept s’est vite propagé à d’autres villes.

La Critical Mass n’est pas une organisation proprement dite, elle n’a pas de leader. Elle est juste un rassemblement de cyclistes, skaters et rollers qui, ayant atteint une masse critique, peuvent s’imposer dans la circulation comme ne peut pas le faire un cycliste isolé.
Une Critical Mass ne bloque pas la circulation mais crée un embouteillage non-polluant pour mieux se faire entendre, et mettre les automobilistes dans la situation habituelle du cycliste : celle de passer au second plan et de subir les choix des autres…

🚴 Les personnes qui s’y rencontrent, partagent une préoccupation commune : rendre aux rues de la ville leur rôle de lieu d’échanges et de rencontre.
Ces rassemblements sont suivis d’une promenade urbaine, qui vise à montrer au public qu’il existe des modes de déplacement plus efficaces et sympathiques que les véhicules motorisés.

L’esprit est pacifique, l’atmosphère conviviale. Participer aux cycloparades de Critical Mass, c’est donc promouvoir des formes alternatives, non polluantes, peu voraces en espace, sportives, ludiques, au trafic motorisé privé.》

🚲 J’y avais participé l’année dernière et j’adore l’ambiance, l’énergie folle et puissante de ce rassemblement et je vous conseille d’essayer au moins une fois dans votre vie 😉

La Critical Mass a lieu dans de nombreuses villes, souvent le dernier vendredi de chaque mois 🙂

Si vous voulez plus de détails : http://critical-mass.info/international.html


Bisous à toutes et à tous !

– SJB

Un quickie et une paire de chaussures… – 29 au 30 Septembre 2015

J’étais avec Mika (Mon frère), Elias (mon copain) et ma grand mère, dans une sorte de cave. Nous faisions un jeu de piste. Elias et moi arrivâmes au bout avant les autres. Pour gagner nous devions remplir une fiche avec toutes les réponses que nous avions trouvées auparavant. Hélas, nous fûmes incapable de nous en rappeler… Et les autres arrivaient derrière !

 Par miracle, je trouvai dans ma poche un papier, sur lequel toutes les réponses étaient notées ; ce qui nous permit de gagner. Nous empruntâmes les escaliers et sortîmes sur la terrasse de mes grands parents, à Marseille. Elias était assis sur une chaise. Je le rejoignis et m’assis sur ses genoux face à lui, avec une jambe de chaque côté. Nous nous embrassâmes. La température grimpa peu à peu… Il souleva ma jupe pendant que  je m’occupais de sortir son engin. Je portais une culotte mais il refusa que je m’éloigne ne serait-ce que pour l’enlever donc il la coupa purement et simplement avec des ciseaux… Et tout cela sans cesser de s’embrasser une seule seconde…

Puis je l’accueillis en moi et… Bref…. c’était juste… Nous continuâmes ainsi un certain temps. Enfin j’arrivais au bord de la jouissance, il allait mettre sa main au milieu pour donner le « déclencheur »… Quand Camilia et deux autres amies (que je ne connais pas mais dans le rêve c’étaient mes amies) arrivèrent. Nous nous séparés aussi vite que possible, moi toujours sans culotte.
Nous devions réaliser un exposé toutes les quatre, sur les maladies génétiques rares. Camilia nous offrit une chaussette stylée à chacune, et on décida acheter des chaussures du même style. Sauf que Camilia aida les deux autres à chercher le modèle idéal sur internet en me laissant complètement de côté… Au final elles partirent acheter leurs pompes et me laissèrent en plan, tout en prenant soin d’effacer l’historique pour que je ne retrouve pas le magasin…