Archives du mot-clé beauté

Retour d’Expérience – Shibari et Impact

Aujourd’hui, je reviens sur ma première expérience du shibari, en tant qu’encordée. Le Shibari est à l’origine un art japonais, qui consiste à utiliser des cordes pour attacher une jeune femme de manière à obtenir un résultat visuellement beau. Il existe plusieurs variantes (pour ressentir de la douleur…etc) et cela s’est beaucoup démocratisé et est pratiqué par tout le monde (hommes ou femmes, adultes de tous âges), même en Occident. (RDV en fin d’article pour plus d’infos).

Il s’agissait d’un « Jam » à quatre personnes. J’étais vraiment gênée au début, mais le fait d’avoir déjà rencontré les personnes présentes me détendit rapidement. Nous commençâmes par discuter tout en mangeant des chips, durant au moins une heure ; ce qui contribua à m’apaiser complètement. Au moment de se préparer, je n’hésitai pas une seconde à faire tomber le haut. On me banda les yeux, et tout s’effaça autour de moi. Je n’entendais plus que ma propre respiration et les battements de mon coeur. Je ne savais trop que faire de mon corps, aussi je m’agenouillai sur le sol. Très vite un souffle, des mains se firent ressentir ; une corde rêche glissa sur ma peau nue. Frottement agréable… Ma vision réduite me permis de faire taire mes pensées. Je n’étais que sensations et émotions. Mon âme n’en partit que plus vite dans les hauteurs…

Mon encordeuse était magique… De ses doigts de fée – ou plutôt de sorcière – elle me fit un harnais de poitrine. Jamais je ne m’étais sentie autant en sécurité… Plus elle serrait les cordes, plus le sentiment d’accalmie et de sérénité était puissant… Chaque mouvement de corde me faisait vibrer, amplifiait une puissance, une force en moi, qui résonnait encore et encore… Plus elle tirait, plus la douleur grandissait… Des sensations nouvelles naquirent en moi. Des picotements, des brûlures, une chaleur, inconnus jusque là… Je n’eus qu’une envie : qu’elle tisse des liens sur mon corps entier, qu’elle serre à l’infini…

Elle me ligota ensuite la jambe , ainsi que les orteils. Ce fut d’une douleur exquise… Des décharges électriques se répandirent en chaque point de ma chair. Puis elle m’attacha les cheveux en arrière, de telle sorte que peu importe ma position, cela tendait délicieusement les cordes… Je supportai plutôt bien, aussi elle partit sur une semi suspension par les chevilles, douloureuse, agréable, intense… L’impression de plonger en avant dans l’infini ou de s’envoler par les pieds pour être aspirée dans l’immensité de l’univers…

Puis la redescente… tout doucement… Corde par corde, nœud par nœud… Des frissons… Une sensation de purification, de pureté, de froid, après la dernière corde… Une renaissance… Être neuve, fragile, vulnérable…

Un after-care tout doux et pourtant intense… Un verre d’eau et un morceau de chocolat qui fondait dans la bouche… Des compliments sur mon endurance et ma force, sur ce que je venais d’accomplir pour mon baptême de cordes….

Puis je revins aux chips, morceaux de pain, cacahuètes et autres verres d’eau, enveloppée d’une douce couverture pour échapper au froid de la redescente… Je flottais dans l’éther ; esprit vaporeux, qui tourbillonnait dans l’infini, âme purifiée cherchant un corps de chair…

Puis j’assistais à une séance de cordes entre les trois personnes présentes, pendant que je recouvrais mes esprits… Quand eux aussi eurent émergé, mon encordeuse me demanda ce que j’aimerais essayer d’autre… Voici comment je me retrouvai nue, au beau milieu du salon, agrippée à un anneau suspendu, parfaitement à l’aise et dans mon élément… Impact au Cat-O-nine… Un premier coup, doux, un second plus mordant… Des coups, des piques, des griffures… Acéré, aigu, brûlant… Les lanières pleuvaient sur mon corps, en une danse sensuelle, sauvage, effrénée, rythmée par la musique… Chaque coup chassait mes doutes, mes peurs, la saleté qui noircissait mon coeur. Chaque impact purgeait mon corps de ses blessures…

Une redescente tranquille, sur le canapé, enveloppée de la même couverture… Puis une seconde séance, en spectatrice cette fois… La beauté de l’impact mêlé de désir et de sentiments… Des baisers, caresses, gémissements… Un câlin entre eux au sol pour émerger en douceur…

Une nouvelle période de chips, pain, pâté, cacahuètes et pralines commença… Des discussions enflammées, des imitations humoristiques, des éclats de rire francs et contagieux, une simplicité et un naturel incomparables, qui durèrent jusqu’au bout de la nuit…

Après quoi je découvris l’heure très tardive ; il m’était impossible de rentrer chez moi… Le nécessaire réveil aux aurores du lendemain appela le sommeil, mais essayer de s’arracher aux délices de cette soirée merveilleuse fut vain… Je somnolai alors légèrement sur le canapé quelques heures durant et me levai difficilement lorsque le réveil sonna… Après un thé et quelques câlins, le plongeon dans la réalité fut rude : un dur monde, terriblement réel, froid et rugueux, bien loin de ce petit cocon de douceur, volupté et bien-être… Néanmoins j’eus droit à une redescente calme, vaporeuse et étonnée tout au long de la journée…

…………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Merci infiniment de m’avoir suivie jusque là. J’espère que ce texte vous a plu. J’y ai mis tout mon coeur…

Si vous désirez avoir plus d’informations pratiques (Quésaquo ?, les lieux par régions, les possibilités,…etc) ou si vous avez des questions plus personnelles me concernant, déchaînez vous en commentaires, posez vos questions et je ferai un prochain article sur le sujet 😉

A bientôt !

Bises

-SJB

(Pour des raisons évidentes, je ne suis pas la personne sur la photo ; vous pouvez la trouver Ici )

Publicités

A la découverte de l’Irlande

Bonjour bonsoir mes petites lucioles !

Aujourd’hui je reviens après une looongue absence (le bac, tout ça…) pour vous raconter mon voyage en Irlande (avec mon papa).

Nous y sommes restés une semaine, en campant là où nous nous trouvions au moment de dormir.
En atterrissant à Dublin vers minuit nous étions crevés, aussi nous avons eu du mal à trouver l’hôtel.

Le lendemain, nous avons loué une voiture et sommes partis en direction du Donegal. Il s’agit de la région au Nord-Ouest de l’île. 2017-07-17 14.01.43

La conduite à gauche nous a beaucoup perturbés (même moi qui ne conduis pas) et nous a causé de belles frayeurs, notamment aux premiers ronds points. J’ai également été très surprise par les petites routes de campagne limitées à 80km/h… ça doit être faisable quand on connaît la route, mais la visibilité est assez mauvaise donc ça reste dangereux !
Nous avons donc suivi la Wild Atlantic Way – une route de 2 500 km qui longe toute la côte Ouest. Elle passe par de petites routes, traverse de petits villages accrochés aux montagnes, nous fait découvrir des plages magnifiques, de petits coins de paradis. Quasiment toutes les maisons que nous avons vues étaient vraiment belles… je n’arrêtais pas de m’écrier : « c’est là que je veux vivre plus tard ! ». 😊

20170703_153721

 

Nous sommes ainsi montés jusqu’au point le plus au Nord de l’île – Malin Head. C’était absolument magnifique, il y avait un petit sentier qui serpentait au bord des falaises et menait au bout du bout du monde (enfin… de l’Irlande surtout ).

20170704_171211

Comme on campait, on a vécu quelques mésaventures… Par exemple, un soir, il y a eu une grosse averse, qui a duré toute la nuit, et nous a réveillés à 7h car l’eau commençait à rentrer dans la tente. Comme il continuait à pleuvoir, nous avons dû mettre la tente à sécher au sèche-linge du camping… Quelle joie ensuite quand il a fallu la démêler ! 😂

Il y a eu beaucoup de vent, mais les paysages étaient tellement splendides que le froid se faisait vite oublier !

 

Le 4e jour, nous sommes partis en direction de Belfast, pour faire nos touristes et visiter Castle Ward, un château plus connu sous le nom de Winterfell dans la série Game of Thrones. En arrivant à Belfast, j’ai trouvé impressionnant le nombre d’églises (de toutes confessions) au mètre carré ! Elles étaient toutes absolument magnifiques !

Nous avons été bien embêtés par la suite car nous avions oublié qu’en Irlande du Nord, tout se paie…en livres (£). C’est seulement après une longue recherche (de magasins qui acceptaient les euros) que nous avons pu faire des courses. Ensuite, il s’est avéré qu’il était trop tard pour visiter le château. Ainsi nous nous sommes retrouvés au Tullymore Forest Park – un parc immense (qui comprend une forêt et une montagne), dans lequel de nombreux sentiers sont disponibles, pour des randonnées sympas (pour tous les niveaux) dans un joli cadre. Nous avons campé sur place et randonné le lendemain.

20170706_113237

Ensuite, nous avons embrayé sur l’autre région incontournable d’Irlande : le Connemara ! Le camping était situé à côté d’un village minuscule (Cong, près de Galway) et adorable. Nous avons pas mal marché ce soir-là, mais fait demi-tour en urgence car la petite pluie fine commençait à ne plus être fine du tout ! 😂

Le 6e jour, nous avons rejoint le Connemara. J’ai vraiment l’impression que l’on s’enfonçait au milieu de nulle part, il n’y avait rien à part quelques maisons éparses et des moutons (assez semblable au Donegal en fait), et une station service tous les 50km (J’exagère mais à peine 😂).

20170704_113539

La randonnée dans le Parc National était juste fantastique.  Une fois arrivés au sommet, (après moult efforts) :  déjà on était contents d’être enfin en haut, et puis la vue était tout simplement époustouflante !

20170707_124844

 

 Par la suite, nous avons de nouveau suivi un morceau de la Wild Atlantic Way, et découvert une petite plage adorable. Il y avait un magnifique soleil, aussi nous nous sommes endormis sur un rocher au bord de l’eau. Le réveil a été assez brutal, car la marée était montée, et nous avons dû nous déshabiller pour rejoindre le bord. C’était très drôle à vivre ! 😉

20170707_154008

Le lendemain, nous avons rejoint Dublin (eh oui, le dernier jour, déjà… 😢), galéré à nettoyer la voiture pour la rendre et à finir toute la nourriture qu’il nous restait, comme on ne pouvait pas l’emmener dans l’avion. Nous en avons profité pour acheter quelques souvenirs à ramener à la famille. J’ai assez mal vécu le retour en ville, après des jours de calme, de nature et de solitude…

Le retour en avion était parfait : les rayons du soleil jouaient au milieu des nuages…

20170708_191759

Voilà voilà… J’espère que cet article vous a plu. Si vous en avez l’occasion, je vous conseille vraiment de visiter l’Irlande. Les gens sont super accueillants et il y a tellement de choses à découvrir !

Plein de bisous mes petites lucioles ! (Je vous retrouve bientôt avec un nouvel article !)

 

Bises                                                                                                                                            -SJB

 

Coup de coeur – Etienne Venier

Bonjour mes petites lucioles !

Aujourd’hui je vous parle d’un autre de mes coups de coeur, en musique cette fois 😉

Il s’agit d’un pianiste, Etienne Venier. Cela fait quelques années que je l’ai découvert et je ne peux que l’encourager à continuer.

Il touche à tout : classique, folk, reprises en tout genre (animes, films, artistes…) et ajoute à chaque vidéo un grain de joie et de folie ! Il invente toujours de nouvelles façons de nous faire rire en jouant et c’est un plaisir de l’écouter ; car évidemment il est absolument talentueux ! Ses artistes favoris sont Yann Tiersen et Infected Mushroom.

Je vous conseille d’aller voir sa chaîne YouTube :

https://youtube.com/user/etiennevenier

Il est également présent sur d’autres réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) et possède un site internet :

http://etiennevenier.com

En effet, il n’est pas seulement pianiste pour des vidéos YouTube, mais aussi concertiste et professeur… Bref il a des activités très variées, même dans le domaine instrumental car il joue également de la flûte irlandaise, guitare, batterie… (pas au niveau professionnel certes, mais il a un bon niveau quand même…).
Vous l’avez compris, j’adore ce pianiste et j’espère convaincre certains d’entre vous d’aller voir son travail 😊
Plein de bisous à tous et à bientôt pour de nouveaux articles !

Bises

– SJB